Till you faint

Vous imaginez si on étaient sobres ? On auraient rien à se dire !

17 juillet 2008

L'Insomnie nous rend vulgairrrrre. -etmaladroit-

On pourraient faire une tonne de choses comme se pendre en écoutant du The cool kids; avalé de l'héroïne et fumer de la cocaïne en hurlant << Je suis une putain de faute de goût >>, mais rend toi à la raison, je peux aussi faire pire comme te dire tout bas au creux de l'oreille en te serrant fort contre moi: << je t'aime, jamais je te laisserais pour une autre, je t'ai dans la peau: nos vies sont liées. >> le genre la grosse faute de goût, le: "la-très-très-grosse-faute-tout-courtla-très-très-grosse-faute-tout-court ". Se consumé en se consomment l'un et l'autre, mes désirs sont désordres. La faciliter m'a toujours parut comme étant une irrésistible putain de panacée, que le monde -pour moi- est mal fait.




E X E R C I C E  DE  S T Y L E. (Fautes de français inclue)

Tu vois que c'est facile d'avoir du style  en étant à gauche, par exemple on peut dire des trucs de se genre  -mais je n'aime pas la facilité, après réflexions- et passer pour un garçon subversif :
Selon Nicolas Sarkozy, le préservatif représentera désormais la droite.
Il estime que le préservatif reflète le mieux l’image de l’UMP. En effet, le préservatif tolère l’inflation, vide les bourses, ralentit la production, détruit la prochaine génération et surtout, protège les glands. Enfin, il vous donne un sentiment de sécurité alors que vous vous faites baiser.


L
' h i s t o i r e :



L'effet travelling.


Mes cheveux sont long, presque blond. Il était deux heures et demie lorsque j'ai quitté la soirée de Pierre rue "". Je suis en scooter, mon Ipod passe  Pop the glock d' Uffie. Je crois que le prénom de la fille qui se trouve derrière moi, qui m'agrippe très fort commence par un L. Un truc genre Laure ou Lætitia. Je la nommerai donc "L".  J'ai dîner avec Pierre, Raphaël et Aurélien au "Café de la paix" place de l'opéra dans le 9ème. Paradoxalement, ce n'était pas une ambiance de paix qui régnait entre nous au seins de ce restaurant. Raphaël en voulais profondément à Aurélien de s'être tapé sa petite sœur. Je me suis retenu de rire. J'ai le nez qui coule. Je n'ai pas envie d'aller chez moi,  j'ai donc proposé à "L" d'aller chez elle. J'ouïs  -assez mal à cause du Ipod- toutes les vingt secondes << A gauche, à droite, la prochaine à gauche, non à GAUCHE !>>. Par sécurité j'ai décidé de ne pas mettre de casque, en général les flic savent qui je suis lorsqu'ils aperçoivent mes cheveux dorées et le modèle de mon scooter, donc ils ne m'arrêtent pas. Mon nom? je ne peut pas directement vous le dire; cela dit, je peut vous donnez quelques indices. Vous m'avez sûrement vu à travers votre télévision, le 16 mai 2007, j'étais mal coiffé et j' avais très peu dormi. Mon père est très connu. Le "très" peut même être considéré comme un euphémisme. Le rire chargé dans la voix, "L" me demande si j'ai du feu pour lui allumé sa Marlboro sans doute light. Je ralenti légèrement jusqu'au feux. Vert. Lui passe mon feux, elle me dit qu'on est bientôt arrivé. Uffie cède sa place à  Busy P " Rainbow man ". Je suis très Ed Banger depuis quelque temps. La clope étant allumé, j'accélère, mes yeux s'humidifies, je subi alors une sorte travelling compensé, ma perspective visuel se modifie, le son de Busy P s'alourdit tout en s'intensifient, la voix de "L" s'écrase dans l'air, plus j'accélère, plus les effets augmente, mes yeux se plissent, les battements de mon cœur font écho jusque dans mes oreilles et je pense soudainement à Claire que j'ai vu hier soir dans les bras d'un inconnu, je vois une voiture noir qui se rapproche anormalement vite de moi, de nous, je crois qu'enfaîte c'est moi qui m'approche d'elle, je me dit alors que ralentir, voir même m'arrêter serai un bonne chose. Je suis à moins de deux centimètres des fesses de la Mercedes noir arrêté au feux rouge. Tout retombe. Les mains de "L" tremble. Elle me dit que je suis fou en hurlant, puis en riant. Je sourit comme un imbécile. je trouve enfin son appartement.

"Les oiseaux chantent trop" est la première phrase qui me viens à la tête en ouvrant les yeux. Je me trouve dans une chambre très éclairé par une série de petites fenêtres dont j'aperçois aux travers les arbre d'un jardin. Une fille brune, légèrement typé sémite, légèrement vêtu, s'approche de moi, sourire au lèvres et me demande se que je prend le matin. << Le Flore... >> lui dit-je sans vraiment réfléchir, après un moment silencieux je me reprend et lui dit que je n'ai besoin de rien sauf d'un café. Je cherche mon paquet de cigarettes. Vide. J'ai une atroce migraine accompagné d'une nausée. Je crois que la politique me tente, mon nez coule. 


nicolas_sarkozy_jeune

 


Et enfin; le  son, et les  images:


Posté par Kanynski à 04:49 - Nouvelles en construction. - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    C 'est tres agréable a lire.
    J'adore la façon dont tu écris.
    Je ne supporte pas ton caractére.
    Tu n'as pas répondu a la bonne question ce matin.
    J'aurais aimé, dans une autre vie que mon frére soit Raphaël, et que toi, tu soit Aurélien.
    Mais ce n'est pas le cas.
    Il ya quelques temps, je t'avais dis (écrit) d'aller écouté "Shit disco", c'est extra.
    Je te le rappel comme je suis -presque- sur que tu n'es pas allé voir. C'est vraiment excelent.
    Initials BB est vraiment géniale de G. (je te le dis car je suis entrain de l'écouter).
    J'espere que tu lira au moins le commentaire.
    J'ai l'impression, qui n'est pas une impression d'avoir fait énormément de fautes d'orthographes dans ced commentaire.

    Posté par mathilde, 19 juillet 2008 à 19:59

Poster un commentaire